Le Service Signalisation

Le Service Signalisation intervient dans différents domaines :

  • Les taxis

    Le service organise les examens théoriques donnant accès au permis « taxi » (législation, connaissance de la ville et de ses principaux sites, etc.). Il veille également à la conformité des véhicules et au respect de la législation par les chauffeurs.

    Dès lors, en cas de différend avec un taxi, c’est au Service Signalisation que vous devez vous adresser pour déposer plainte au sujet d’une contestation du prix de la course ou d’un refus de charger, par exemple.

  • La signalisation relative aux travaux

    Lorsque des travaux ont lieu sur la voie publique, c’est également ce service qui délivre les autorisations de placement de signalisation et de déviation. Il dispose en effet d’une expertise importante dans le domaine de la mobilité et dispense des conseils techniques dans le cadre de la préparation de grands projets ou chantiers qui auront un impact important sur la mobilité dans notre Ville (le Tram ou le réaménagement des quais de la Meuse, par exemple).

  • Les emplacements handicapés

    Toute personne en possession d’une carte « handicapé » peut solliciter un emplacement spécifique à proximité de son domicile. L’examen de la demande sera effectué par le Service Signalisation et, en fonction de la règlementation en vigueur, celle-ci sera acceptée ou refusée. Par exemple, le fait que le stationnement soit alternatif ou que la voirie soit trop étroite constituent des incompatibilités.

  • La mobilité

    Le service est souvent sollicité par des riverains ou des groupements de personnes (comités de quartier, associations de commerçants, etc.) pour tout ce qui touche à la mobilité dans le cadre de la vie quotidienne : disposer d’emplacements riverains ou d’un passage pour piétons, modifier un sens unique ou un plan de circulation, prévoir une zone de livraison, …

    Dans ce cadre, après information du commissariat de quartier, une enquête par courrier est diligentée auprès de l’ensemble de la population domiciliée dans le secteur concerné afin de recueillir son avis. Si une majorité se dégage en faveur de la modification souhaitée, un arrêté de Collège est pris et un règlement de police complémentaire est adopté par le Conseil communal.